Louis Marette décore un chien !

Chien heureux à Mazères, béni et décoré !

Chien heureux à Mazères, béni et décoré !

À Mazères, on rigole parce que son maire, Louis Marette, fait baptiser des chiens de chasse sur la place publique par un prêtre de la religion catholique.

En France, on rigole aussi chaque fois qu’une « personnalité » refuse la Croix de la Légion d’honneur.

Bien sûr, tout le monde n’est pas aussi clair que Marcel Aymé qui répliqua, en tout bien tout honneur, que les serviteurs de l’État pouvaient bien « se la carrer dans le cul ! »

Edmond Maire, plus diligent, éclaira son refus en déclarant que « ce n’est pas à l’État de décider qui est honorable ou pas. »

Entre ces deux positions, le meilleur de la Nation s’est en général opposé à se voir infliger une distinction qui, comme vient de le déclarer l’ancien ministre et ex-sénateur UMP de l’Ardèche Henri Torre, qui la refuse, est bafouée par « la nomination de n’importe qui ».

On peut donc en conclure sans risquer de se tromper que cet Ordre ne contient rien ou pas grand chose à honorer sans prendre le risque, quelquefois fort désagréable, de se tromper sur la qualité d’une personne.

Parions que Nicolas Sarkozy, grand patron de l’Ordre, ne relancera pas le débat et que les agenouillements de son premier ministre ne concerneront pas la vérité historique qui veut qu’en effet, cette Légion, c’est de la merde bonne à carrer dans le cul de ceux qui la servent.

Il est vrai, comme le souligne Flaubert citant un contemporain, que la France est le pays qui contient le plus grand nombre de « crucifiés ». Jamais on en voit autant dans d’autres pays où on se montre peut-être plus vigilant quand il s’agit de distinguer, voire d’honorer.

Louis Marette, maire de Mazères, collectionne les croix. Il possède celle de Jésus Christ, allégorie qui a fait florès, et celle de l’État français, moins universelle toutefois. Nous lui attribuons une troisième : celle de la croisée des chemins. À notre avis, vu sa gestion de la chose municipale, et donc publique, il ne va pas tarder à faire de mauvaises rencontres sur le terrain des comptes à rendre.

Entre la foi et l’honneur, y a-t-il de la place pour la justice à Mazères ? Nous verrons ça !

Bonne année 2012 !

 

NB : Les collaborateurs du Canard enchaîné se sont donné depuis toujours comme règle de refuser les décorations, au premier rang desquelles la Légion d’honneur. La même règle est applicable aux amis toujours plus nombreux de Mazères contre Louis Marette.

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s