Louis Marette et les canettes

 

Les chasseurs sont des tueurs de canettes, c’est bien connu. Mais ce n’est pas ce qu’on leur reproche. Après tout, ils font ce qu’ils veulent de leurs canettes. Par contre, abandonner leurs innombrables cadavres autour des restes de leurs feux de bivouac démontre définitivement, si besoin est, qu’ils n’ont pas le sens de la retenue, ce qui peut quelquefois se traduire par d’autres violences.

 

Canettes de Louis Marette

 

Ce rapport circonstancié entre le chasseur et la canette est certes plus un objet de curiosité qu’un sujet de thèse.

Mais que penser du rapport, et de son ratio, entre un ministre de l’Intérieur et la chasse ?

L’enjeu est plus obscurément appréhendé. L’actuel ministre de ce ministère, ce Claude Guéant qui, par nature, pousse au délit de sale gueule à son encontre, par une espèce de provocation, ne fournit aucune explication sensée, pas plus que l’Armée ne s’explique clairement sur le rapport qu’elle entretient entre la canette et la guerre pour la paix.

Ce ramassis d’incohérences est d’ailleurs aggravé par d’autres présomptions.

Ainsi, François Hollande n’a pas porté plainte contre son agresseur, celle qui lui a jeté un petit sac de farine au visage.

 

Farine de Holande

 

Le Parquet, qui est seul juge pour estimer la nature délictuelle ou criminelle des faits avant procès, a d’abord évoqué une « agression avec une arme par destination ». Ce n’était pas une plaisanterie. Interrogé sur une affaire récente, un gendarme de Saverdun nous a tout expliqué :

MCM. Vous pensez vraiment qu’un sac de farine est une arme ?

Gendarme. C’en est une ! Le Parquet confirme.

MCM. On imagine mal qu’une vieille dame qui agresse son agresseur avec son sac à main ou son filet de commission commet une agression assez grave pour mériter la prison…

Gendarme. C’est pourtant le cas.

MCM. La vieille dame ferait donc mieux de se servir de ses mains ?

Gendarme. C’est ce que je lui conseille.

MCM. Bon. Supposons que vous ayez fait des études, ce qui n’est apparemment pas le cas : que conseillez-vous à celui ou celle qui projetterait de botter le cul de Louis Marette ?

Gendarme. Je lui conseille de se déchausser. Dans ce cas, on parlera de coup de pied au cul.

MCM. Ce qui est moins grave, c’est compris. Est-ce qu’une canette est une arme par destination ?

Gendarme. Tout dépend si vous la buvez ou si vous vous en servez pour empêcher quelqu’un de boire.

Certain prétendrons que ce dialogue est une invention journalistique destinée à ruiner la réputation d’homme sain de Louis Marette. Pourtant, lorsque naguère un sympathique promeneur fut agressé par un employé du domaine des oiseaux (qui est aussi et surtout le domaine des canettes) , et que ce promeneur eut la présence d’esprit de se défendre, il se servit assez inefficacement de la branche de buis qu’il venait de cueillir pour agrémenter ses bains de pieds. Le Parquet lui reprocha même de s’être servi d’une « arme, en l’occurrence une branche de buis ». On imagine tout le mal qu’on peut faire avec ce type d’arme. Cela se voit une fois par an aux Rameaux, stricte cérémonie religieuse où la palme est remplacée, faute de palmiers, par une branche de cet arbrisseau plus judicieusement conforme aux usages judiciaires français.

 

 

Faut-il en conclure que ces fidèles font ainsi l’apologie de la violence ? Quel est le rapport entre une branche de buis et une canette ?

Gendarme (soupçonneux) . De quelles canettes voulez-vous parler ?

 

Canettes de Marette

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s