L’honneur, à Mazères comme ailleurs, ça se piétine !

 

louis_marette_honneur

Peuple surpris en plein piétinement de l'honneur

 

Qu’est-ce qu’on piétine quand on piétine de l’honneur ?

De la merde.

Sinon, on piétinerait pas.

La « petite frappe » Claude Guéant se plaint, de concert avec ses coreligionnaires de l’ancien État UMP, d’une chasse aux sorcières qui serait, si on en croit sa théorie de la démocratie, un crime contre l’humanité des hauts fonctionnaires de l’État.

Mais elle deviendrait quoi, la démocratie, si les hauts fonctionnaires n’étaient pas remerciés quand le régime change aussi distinctement que quand il passe de droite à gauche ?

Non content de subir la grosse rigolade qu’on inspire à l’étranger à cause d’une république qui n’a pas d’autre nom, il faudrait aussi qu’on s’explique sur l’avenir professionnel des huiles que Sarkozy a répandues sur le terrain d’une démocratie déjà mise à mal par son passé impérialiste et son récent statut de dictature révolutionnaire.

Si l’honneur c’est juste occuper un poste au-dessus de la mêlée, alors c’est de la merde, d’autant qu’on a pas les moyens de vérifier le niveau de compétence.

Métiers de pute, plutôt !

Alors on piétine. C’est comme ça. On vote et après on piétine ! On aime ça, piétiner. Ça fait de mal à personne et du bien à tout le monde. Marcher dans la merde de la domesticité, c’est pas rien, mon salaud ! Et on s’en prive pas, comme tu vois !

Non mais il est qui cet argousin gallé ministre parce qu’il est compétent en tâches non signées par leurs véritables auteurs ?

On se le demande même pas. On sait pas exactement, mais on sait.

Alors voilà : quand on a bien voté (ou presque bien) et que Sarkozy n’a pas tiré la chasse avant de se barrer, on entre dans les chiottes et on piétine.

On fait ça bien.

Bon, c’est pas nous qui le fait. C’est le ministre tous frais. On espère seulement qu’il prend autant de plaisir à piétiner l’honneur de ces bureaucrates que nous on en a à s’imaginer entrant dans les chiottes insanes de la Ve République avec des bottes chaussées exprès pour pas passer pour des mangeurs de merde. Des fois !

 

Ya pas d’honneur !

Ya qu’une Légion !

Rendre service n’a jamais constitué ni le début d’un commencement d’honneur.

Réputation — Gloire — Distinction — Privilège — Décence… La Justice, membre du pouvoir exécutif, comme au bon vieux temps de Vichy, a le goût du dictionnaire, dit-on. Et pas des meilleurs ! Qu’elle l’ouvre, au lieu de fermer sa grande gueule, pour constater que le mot honneur et le mot service n’ont pas de champ sémantique commun.

Légion des Serviteurs de l’État irait mieux à cet office particulier de l’impérialisme.

On y verrait rien à redire, d’ailleurs, sauf qu’on piétinerait à la première occasion.

Non mais !

Ya pas comme un piétinement pour remettre la merde à sa place.

 

Mais c’est du symbole, tout ça !

La merde, c’est pas de la merde, et nos pieds, c’est des pieds.

C’est pas d’avoir voté juste à droite de la gauche qui va changer la merde en autre chose et nos pieds en manuel de l’usage de l’honneur républicain.

Rien que de voir les nouvelles têtes, on se fait peur. C’est des gueules taillées dans la même merde, sauf que rien ne nous autorise à piétiner maintenant. Va falloir attendre ! Des fois que la prochaine fois, on vote à droite…

Attendre ! Patienter ! Se faire de l’angoisse parce qu’on piétine pas tout ce qui est de la merde. Faut qu’on prenne les mêmes et qu’on recommence. C’est la règle.

Rien à voir avec l’honneur… je veux dire : avec la merde.

C’est comme les services que rend cette Christine Lagarde elle aussi clonée de la merde sarkoziste. L’honneur de pas contribuer vaut peut-être mieux que l’angoisse de pas pouvoir même si on a envie. Et le rudimentaire François Bayrou qui trouve ça choquant, alors que c’est salaud !

Parlant de champ sémantique, il y a une application entre l’honneur et la saloperie. Si l’honneur c’est de la merde. Mais on voit pas comment ça n’en serait pas. Ça sent tellement mauvais !

C’est affaire de philosophie. Au pays de Pierre Bayle, ça devrait pas choquer, ces considérations historiques. Mais l’honneur des larbins, sous nos pieds, n’a pas la même odeur.

C’est pas qu’elle sente bon ou qu’elle rappelle rien ! Faites-moi pas dire ce que j’ai pas annoncé clairement !

Une Nation constituée comme une monarchie avec aussi peu de séparation des pouvoirs que possible est forcément le terreau, pour pas dire le fumier, où l’honorable et le salaud ne fond qu’un.

C’est là tout le paradoxe gaullien.

D’où les piétinements. La Ve République, ça fait piétiner. On y peut rien. On piétine et on peut pas s’empêcher. On finit même par piétiner n’importe quoi. Même des larbins insignifiants, que c’est une perte de temps !

C’est pas qu’on aime le perdre, ce temps précieux. Mais on le passe comment si on a rien d’autre à piétiner que cette petite merde ?

À Paris, ils ont toujours piétiné des grosses merdes. Ils ont cette chance.

Ici, on y va pieds nus et on piétine dans la plus grande solitude. On se marre.

— Marette s’est fait traiter de salaud…

— Vous badinez ! Il est trop bête !

— Et pourtant, je l’ai lu dans la Dépêche. Ils savent ce qu’ils disent, à la Dépêche.

— Hé bé ! S’ils le savaient, ils en diraient d’autres !

— Alors vous votez pas Calléja ?

— Je vois pas le rapport… Il est tout de même plus intelligent que Marette.

— Faut pas être bien intelligent alors !

— De salaud et de cave !

— Vous m’en direz tant !

— Et de pétainiste !

— Et qu’il est inculte et que c’est un larbin !

— Votez Calléja !

— Vous badinez, mais ya plus d’honneur, té !

— Ya que de la merde !

— Et un rapport ontologique entre la merde et le salaud…

— … qu’on peut symboliser par le piétinement…

— … en attendant mieux !

Johnny Rasco

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s