Indignes et indésirables, selon le général Georgelin, dit Gégé, Grand chandelier de la Région des Donneurs (de leçons !)

 

MCM — Le Grand chancelier Jean-Louis Georgelin, général mi-figue militaire, vient de déclarer que Bob Dylan est « indigne »…

Johnny Rasco — Ce général mourra dans son lit, sans doute entouré de l’affectation de tous les siens. Il est connu pour ses grandes qualités pseudo-intellectuelles. La preuve, il n’a pas eu besoin d’ouvrir le dictionnaire pour mesurer la portée du mot « indignité ».

MCM — J’ignorais que les généraux, qui sont plus de 5500 en France (soit 1 général pour 4,5 hommes de troupes et gradés de tous rangs), se servaient du dictionnaire pour alimenter leurs déclarations de principes, à l’instar de leurs homologues magistrats…

JR — Précisions que seuls deux ouvrages lexicaux sont en usage dans ces organes dépendants de l’exécutif : Le Robert et le Larousse dans leur version dite « Petit », l’académie française n’ayant pas prévu l’édition d’une version courte de leurs inter-minables travaux.

MCM — On ne demande pas aux domestiques de dépasser les maîtres.

JR — Il ne manquerait plus que ça !

MCM — Mais ce n’est pas le sujet de notre entretien d’aujourd’hui car…

JR — …car le général mi-figue militaire Georgelin vient de se rendre coupable de port illégal de décoration !

MCM — Vous voulez dire qu’il est indigne de la Légion… ?

JR — La vraie ou la fausse ?

MCM — Indigne de chanceler si haut, veux-je dire…

JR — Ça, je n’en sais rien. Je ne cherche même pas à le savoir. Je n’ai pas l’habitude de fouiller dans la vie privée des gens, surtout quand ils sont si haut placés par les miracles institutionnels.

MCM — Alors… ?

JR — Un de nos photographes vient de surprendre le général Georgelin portant illégalement la médaille de chevalier de….

MCM — De… ?

JR — De l’Ordre dont je suis le Commandeur Éclaireur…

MCM — L’Ordre du Pied ?!!!

JR — Lui-même ! Voici la photo.

general_georgelin

MCM — On voit bien qu’il la porte illégalement, la Médaille du Pied… Et il la porte bien même. Elle lui va comme un gant !

JR — La question est de savoir POURQUOI il la porte, et non COMMENT.

MCM — Je ne vois que deux possibilités : ou bien il la mérite et il a fait faire une copie…

JR— Et pourtant, elle est difficile a imiter, convenons-en.

MCM — Ou bien l’Ordre de la Légion se rend coupable d’un inadmissible plagiat !

JR — Tu l’as dit !

MCM — Vous voulez dire que la nouvelle Légion d’honneur promise par François Hollande est inspirée de la Médaille du Pied ?

JR — Inspirée n’est pas un grand mot ! Ils nous l’ont tout simplement barbotée !

MCM — Ça alors ! Qu’ils soient de grands intellectuels, je le savais, mais cagoulards…

JR — C’est pourtant ce qui se passe sous le nez de nos concitoyens !

MCM — Il y a bien donc délit de port illégal de décoration doublé de celui de contrefaçon ?

JR — Exactement ! Car dès que la contrefaçon est mise en usage, elle constitue une tromperie sur la marchandise. Car enfin, messieurs….

MCM — Je crains le pire…

JR — La Médaille du Pied est octroyée aux salauds et aux salauds seulement !

MCM — Vous voulez dire salaud dans le sens sartrien…

JR — …qui est reconnu par le Petit Robert dans la même police de caractère que les autres sens, mais que certains magistrats, qui ne voient plus loin que le bout de leur nez seulement quand ils se sentent morveux… je précise pour qu’on s’entende bien…

MCM — Entre sourds, c’est la règle !

JR — Or…

MCM — Ça va briller, je le sens !

JR — On est meilleur qu’à la Dépêche du Midi…

MCM — Plus… comment dirais-je…

JR — Or, le général Georgelin n’est pas un salaud !

MCM — Eh non ! C’est un général ! Et militaire mi-raison en plus. Avec 4,5 hommes sous son commandement. Un grand travailleur !

JR — Inépuisable comme on voit !

MCM — Et donc, si je comprends bien, ce général étant un général et non pas un chien…

JR —…un salaud… « chien », c’est à propos des élections…

MCM — Vous en savez plus que moi…

JR — C’est que toute l’intelligence nationale n’est pas contenue dans le Petit Robert…

MCM —  C’est que le Petit Robert dont raffolent les magistrats confrontés à l’injure a la dimension adéquate, alors que Sartre c’est dedans qu’il faut rentrer, ce qui n’est pas demandé à l’examen de sortie de l’École de la magistrature.

JR — On ne le demande pas non plus à l’École de guerre. Mais ils peuvent lire et même s’inspirer de de Gaulle qui écrivait comme un pied ce que les autres savent faire sans les mains.

MCM — Hé té ! Que même moi, avec un pied…

JR — Nous dénonçons vigoureusement l’attitude inadmissible du général Georgelin qui porte notre chère médaille du Pied (dans le dos comme son nom l’indique) sous prétexte que c’est maintenant à la Légion d’honneur qu’appartient cette esthétique éprouvée !

MCM — Et pas éprouvée dans les petits dictionnaires de l’administration qui contiennent des enveloppes sans contenu officiel, précisons-le.

JR — Car le pied en a vu de toutes les couleurs tout au long de la longue marche de l’humanité au service de l’homme et même de la femme. Nous avons, dans l’ordre du mérite :

— Le pied simple qui définit le chevalier ;

— Le pied bot qui correspond à l’officier ;

— Le pied plein de merde, commandeur ;

— Le pied au cul (nu), grand officier ;

— Le pied au cul (chaussé), grand-croix ;

— Et le pied tout court, grand-maître.

MCM — Le tout carrément copié par l’Ordre de la Légion d’Honneur… Après tout, du hochet au pied, il n’y a qu’un pas…

JR — Et que même son Grand chancelier en exhibe un chaque fois qu’il ouvre la bouche pour parler de la dignité des autres, autrement dit de ce qui est digne et de ce qui ne l’est pas selon les principes de ce cagoulard.

MCM — Cagoulard… ? Vous voulez dire…

JR — Ah ! Ne me faites pas dire ce que j’ai dit ! Cagoulard est synonyme de voleur… Qui vole un œuf vole un bœuf, je cite. Et c’est ce qui est arrivé quand ce général d’apparette…

MCM — Ce n’est pas rien, l’apparette, surtout en temps de république. Enfin, c’est ce qu’on enseigne à l’école… « Ce ruban malheureux et rouge comme la honte… » Un bel alexandrin de treize pieds, quand même !

JR — Ce général nous a volé notre indignité !

MCM — Sous couvert de plagiat…

JR — Toutefois…

MCM — Je crains le pire…

JR — Étant donné la bassesse du procédé…

MCM — … et qu’on n’a pas non plus envie de voler trop haut pour être compris de tout le monde… même des procureurs…

JR — … nous cédons nos droits à une juste reconnaissance dans l’ordre de l’indignité, confiant ainsi à cette illustre compagnie la tache, car c’en est une, de dispenser la Nation de tout propos visant à dénoncer les « indésirables » comme ils le méritent.

MCM — Vous pensez vraiment que ce Georgelin ferait un bon maréchal… ?

JR — S’il le faut, mon ami ! S’il le faut, hélas !

 

Une rencontre informelle avec le procureur du Parquet de Foix avait permis d’apporter quelques éclaircissements au malentendu né d’une dénonciation digne d’un autre temps.

[Rencontre du troisième type (gonzo)] (cliquez)

Soulignons enfin, pour être complet, que MCM avait participé à la campagne promotionnelle de la Légion (d’honneur, ne pas confondre avec la vraie) dont nous reproduisons ici l’affiche :

[Des usages de l’honneur® en France] (cliquez)

Général Georgelin

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s