Un palais d’«amitié» pour Louis Marette

 


louis_marette_sportif

 

ENCORE UN PALAIS

MADAME LA PRÉSIDENTE !

S’il y avait du monde à l’inauguration de ce complexe sportif, ça ne se voit pas sur la photo ! Il faut dire que le photographe de la Dépêche a l’art de toujours se placer où il ne faut pas. Mais c’est peut-être parce que sa prise de vue manque de professionnalisme qu’il parvient à saisir les incompatibilités de Louis Marette avec la vie publique. En effet, le maire de Mazères apparaît toujours dans une attitude peu flatteuse certes, mais toujours en phase avec l’énorme imbécillité politique que ce larbin inculte et cave quelque peu — qu’il nous est interdit, dans l’attente, de traiter de salaud sartrien, et que nous ne traiterons jamais de pétainiste comme peuvent le faire les vrais gaullistes et pratiquement tous les communistes —, doit sans doute à l’influence de son dada.

Du monde il n’y avait peut-être pas, mais l’aristocratie politique ariégeoise y était. Du coup, on a l’impression que l’écrasement a fait son effet sur les deux hurluberlus de la Droite qui sont les seuls, notons-le tout de même, a ne pas bien figurer sur la photo, l’un semblant tirer la langue et l’autre reluquer les gadins de la gonzesse qui prend la pose à moins que son regard moins concupissant ne s’en prenne aux divers ustensiles qu’on a versés aux pieds de la vedette du jour, l’incomparable Jean-Pierre Bel. Comme quoi, le photographe de la Dépêche a peut-être un talent beaucoup plus affirmé que le donne à penser l’imperfection de son cliché.

On pourrait en dire autant de l’article qui accompagne cette photo particulièrement propice aux encanailleries satiriques, tant il volète de son style approximatif au-dessus de cet événement sans jamais atteindre le cœur du problème, ce qui semble d’ailleurs être la principale occupation journalistique de la Dépêche qui, hélas, s’en prend à notre Midi avec les moyens imités de Paris et de ses eaux usées par une Histoire passée à la moulinette de ses Ordres et autres institutions mal léchées.

C’est sous le signe de l’amitié que, bien maladroitement, et d’après ce que nous en dit le pigiste, s’est ouvert et fermé cette inauguration exceptionnelle. Venus pour écraser la Droite représentée par André Trigano, les princes socialistes, qui connaissent le pays comme leur poche, et c’est tant mieux ! — et à qui on ne la fait pas, tempère sournoisement leur domination incontestable en évoquant une « amitié » avec ceux qui ne partagent pas non seulement leurs idées, mais surtout leur action ancestrale sur la terre et le pays. Il faudrait alors croire que ce complexe sportif de près de deux millions d’euros est le fruit de l’amitié de Louis Marette, maire droitiste et colonialiste de Mazères, avec Jean-Pierre Bel qui, du haut de son Sénat qui n’en sert pas mieux la Nation, doit tout de même se mordre la langue quand il sent la présence envahissante de son « ami » Tintin qui a des ennuis, et pas des moindres, avec la Justice. Justice à laquelle il a promis un nouveau Palais, ce qui l’engage, n’est-ce pas ?

Il n’en reste pas moins que c’est grâce au Conseil Général que Mazères évolue, plus rapidement que prévu, en tant que ville-dortoir et que, pour apaiser les rêves des nouveaux venus, il est prudent de les pousser dans les palais. André Trigano en fait son beurre et Louis Marette, entre deux verres de l’ « amitié », se fait tartiner.

 

TRANSFORMATION !

 


louis_marette_transformer

 

En parlant de tartine, les lecteurs de MCM ont noté dans leur courrier le changement d’apparence de Louis Marette naguère portraituré en Rambo de la vinasse et aujourd’hui métamorphosé, le mot n’est pas assez fort, en mère du peuple, — le titre de père, ou de Dabe, étant retenu d’office par André Trigano qui ne veut pas crever avant d’avoir été réélu, même pour un jour, maire de Pamiers et des environs. Nous apprécions toujours la visite de la Gauche à Mazères, surtout de cet acabit-là, et dans l’espoir d’un autre palais, celui où la culture et ses arts (hum… !) pourrait exercer sur les esprits quelque chose dont le sport lui-même ne peut se passer sous peine de produire des esprits mal construits dans des corps de rêves, ce qui est tout de même pire que des esprits bien faits dans des corps peu faits pour les entretenir au moins le temps de s’apercevoir qu’ils ont leur utilité.

André Trigano et Louis Marette ne peuvent guère servir d’exemple, le premier étant une grosse fortune dans un corps si étroit qu’on lui souhaite bonne chance malgré ce que cela peut avoir de surfait vis à vis d’un rupin, — le second éprouvant les pires difficultés à accorder son apparence avec sa domesticité, ce que le photographe de la Dépêche ne rate jamais, ce blog en étant la preuve et la défense les mieux conçues pour organiser le chaos. Et n’allez pas croire qu’une complicité est à l’origine de cette belle construction. N’allez surtout pas croire que vous en trouverez la définition et le droit dans les dictionnaires à usage de l’enfance et des attardés, comme c’est l’usage en Justice.

Il n’en reste pas moins que Sartre a raison, comme en témoigne son audience universelle, de distinguer le philosophe, c’est-à-dire tout le monde en principe, de ces deux races de canailles qui pourrissent notre existence : les salauds qui construisent leur politique en fonction de ce qu’ils sont, et les pédants qui réduisent l’action à une idée qu’il faut croire sans discuter. Les salauds devenant vite des pédants pour sauver leur « honneur » et les pédants ayant forcément, par la même règle, été des salauds. Avons-nous besoin de palais pour ça ?

 

Et pensez…

[… à lire Les Huniers, chap. II, dans la RAL,M – la revue littéraire de Mazères et des environs]

louis_marette_honneur

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s