Rayez Louis Marette

 


louis_marette_salaud

On a entendu ce dialogue à la mairie de Mazères :

« Tu fais chier, Marette ! Avec tes conneries, on passe pour des cons ! Maintenant, tu consultes ! Et on discute !

— Mais putain, je sais pas… On a jamais fait de campagne… On a pas l’habitude… C’est ce con de Lecerf qui fout sa merde… Il est pas d’ici… Et il est plus con que moi, alors…

— C’est pas avec des insultes et du mépris qu’on fait une campagne démocratique, couillon !

— Mais je savais pas ! Je vais changer… promis ! Té ! J’ai une idée. Je vais dire que Lecerf est un drôle de coco qui se présente à Mazères alors qu’il en a rien à foutre des Mazériens. C’est pas une bonne idée, ça ? J’insulte personne en disant ça. Je dénigre rien. Je vais faire deux clans pour préparer la bataille : d’un côté les Mazériens et de l’autre les citoyens.

— Tu t’enfonces, Loulou… Encore un… pour la soif ?

— Parce que "Seul on n’est rien, ensemble on est tout". 

— Et comme tu es seul… Trinc ! »

Louis Marette, qui se présente démocratiquement pour la première fois aux élections municipales, vient, suite à l’intervention pacifiante de Jean-Louis Bousquet (qui aurait dû être tête de liste), de pondre un chef-d’œuvre de mauvaise foi et de bêtise.

On se doute que ses colistiers viennent de lui passer un savon. Jamais, dans l’Histoire de France, on avait vu un maire non-élu se comporter comme Louis Marette vient de le faire pour démarrer et orienter sa campagne. J’aurais presque envie de dire que Louis Marette n’est pas d’ici, de France… mais d’où ?

D’abord, comme d’habitude, il n’a consulté personne pour agir. Mauvais politicien, et même pas politicien du tout d’ailleurs, ce crétin a pris sur lui d’insulter ses adversaires, de les mépriser publiquement, de se livrer, selon son propre aveu, à des écoutes illicites avec la complicité d’employées municipales, de mentir effrontément sur l’épisode du pigeonnier, etc., etc. Une série de délits et de mauvaises mœurs qui en dit long sur le personnage.

Voilà maintenant que, parce qu’il est incapable de se corriger, mais sous la pression de ses colistiers, il tente de corriger le tir en se livrant à une argumentation qui en dit toujours long sur l’hypocrisie et l’orgueil qui marqueront à jamais l’histoire de notre petite ville.

Cette intervention de Louis Marette, suite donc au retour d’expérience de Jean-Louis Bousquet, finit de détruire le fragile édifice construit en 18 ans par un domestique certes zélé, mais capable de lâcheté, de traitrise, d’ostracisme, en bon théoricien qu’il est d’un gaullisme qui aurait définitivement penché du côté de Pétain.

Au fond, c’est le grand défaut de la liste Mazères ensemble. La tête de liste devrait tomber, maintenant, avant que la campagne ne commence.

Soulignons que le mot « ensemble », nous l’avons déjà indiqué, est emprunté au camp socialiste. Mais Louis Marette, espèce de caporal d’opérette, en change complètement le sens pour revenir à ses pratiques douteuses.

Évidemment, Pascal Lecerf n’oppose pas le mot « renouveau » au mot « ensemble », pas plus qu’il ne lui est venu à l’idée que « mazériens » et « citoyens » sont en état de guerre civile.

Ce que n’a pas compris Louis Marette, c’est que les Mazériens n’ont pas envie du tout de se battre entre eux. Prenons un exemple, monsieur le professeur :

Le Domaine des oiseaux n’est peut-être pas un chef-d’œuvre ni une idée géniale, mais il existe et chacun peut en goûter les avantages. C’est là un fait indiscutable.

Mais, à cause de Louis Marette le Milicien, cette entreprise est entièrement entre les mains des chasseurs. Et pas des meilleurs !

Or, on s’attendrait à ce que les chasseurs en partagent l’intérêt avec tous ceux, presque tout le monde, qui ont quelques compétences pour participer à la gestion et à la vie de cette entreprise publique.

Et c’est bien là tout le sens qu’il faut donner à Louis Marette.

Son sens de la démocratie ressemble de près à ce que Hitler lui-même considérait avec joie.

Mais violer nos principes est un cache-misère. En effet :

— On ne gagne pas des élections dans une démocratie.

— On devient le représentant de la majorité.

— Et le premier devoir de ce représentant, en l’occurrence le maire, est de satisfaire les minorités qui siègent ou pas selon les circonstances.

Or, une fois le mandat dans la poche, Louis Marette non seulement ne consulte pas ceux qui ne sont pas d’accord avec lui (il les insulte et les méprise), mais pour couronner sa bêtise il ne consulte pas non plus ses colistiers et prend l’initiative quand ça lui chante. Et même souvent sous l’emprise de ses drogues.

Les circonstances ont fait, hélas, que cet individu peu fait pour occuper une responsabilité dans une démocratie a régné 18 longues années pendant lesquelles c’est l’âme même de Mazères qui a volé en éclat au profit de quelques investisseurs patentés dont Louis Marette est le domestique.

Par exemple, le centre ville de Mazères est complètement mort. On n’y rencontre même plus nos Vieux. Les commerces disparaissent. Les rues sont désertes. On ne sait pas où aller. Et on a vite fait le tour de ces rues mal entretenues qui ne mènent nulle part.

Or, Mazères a largement les moyens de construire un centre ville attractif et convivial qui conviendrait autant aux Mazériens qu’aux touristes invités à s’arrêter au moins le temps d’en apprendre quelque chose et de goûter à la sympathie naturelle des Mazériens et au savoir-faire de ses artisans.

Mais qu’a fait Louis Marette au lieu d’améliorer notre existence et de nous faciliter la vie pour que nous puissions vivre ensemble ?

Rien.

Et ce qui a été fait a été raté, comme le Domaine des oiseaux.

Et raté pourquoi ?

Parce que Louis Marette exerce le pouvoir de sa seule autorité.

Avec Louis Marette, pas de partage.

Réfléchissons…

Relisons les articles que Louis Marette a publiés dans son blog.

Qu’en retire-t-on, à part les marques les plus cruelles de mépris, une invitation au fascisme, et les preuves de malversations indignes même des insignes qu’il porte au revers de son veston.

Certes, il y a des gens compétents dans chacune de ces listes. Mais le panachage ne fait plus partie de nos pratiques démocratiques. On ne peut même plus exprimer ses sentiments en rayant des noms. L’État en a décidé autrement, poussant les citoyens à s’opposer de la manière la plus contendante, nouvelle pratique qui nuit à nos principes fondamentaux, mais qu’il n’est plus temps de discuter.

Nous n’aurons donc plus la possibilité de rayer le nom de Louis Marette comme nous le faisions naguère pour l’empêcher d’être le plus voté de la liste unique. Il nous faudra donc voter pour la liste de Pascal Lecerf, nous qui éprouvons plus que de la sympathie pour certains membres de la liste Marette. Dommage pour Mazères.

Il n’en reste pas moins que Pascal Lecerf et ses amis ont longuement réfléchi à l’avenir de Mazères, comme en témoigne leur projet dont on peut lire les grandes lignes sur leur blog.

Si certains membres de la liste Marette avait eu l’intelligence de consulter Pascal Lecerf avant de s’engager de nouveau avec Marette, on aurait peut-être eu une grande liste à Mazères. Mais c’était prendre le risque de se faire traiter de « Judas » et d’en payer sans doute chèrement les conséquences.

Or, qu’oppose Louis Marette aux idées de Pascal Lecerf, à part les insultes et les délits auxquels il ne renonce que sous la pression (ah comme on aimerait qu’il s’agisse plutôt de menaces) de quelques-uns de ses colistiers ?

Pour le savoir, lisez la dernière intervention de Louis Marette dans son blog… Le pauvre est passé du trépignement de l’enfant gâté aux raisonnements égarés de l’hypocrite, pour ne pas dire salaud, qui ne l’est que parce qu’il est plus bête que ses pieds.

Rayez Louis Marette.

Quitte à perdre quelques noms auxquels on tient (On s’arrangera après, té !). Mais c’est le prix à payer si on veut que Mazères devienne une ville, pour les Mazériens et leurs amis, et non plus une poubelle à investissements dangereux mêlés aux plus basses idées et aux plus méprisables comportements qui soient.

Patrick Cintas.

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s