Louis Marette, reine de la pédale

 

louis_marette_catho

C’était avant que la vierge Marie se fasse enculer par Dieu, un salopiaud.

Elle était encore petite et ne songeait nullement à cette prouesse consistant à mettre au monde un enfant par le cul.

Ce moment fut choisi par les amis de Louis Marette, dits de la petite reine, pour la célébrer sous la surveillance de l’église de Rome.

Mais il y avait longtemps qu’ils n’avaient pas célébré cette enfant encore propre.

C’est plus tard qu’elle se salit à cause d’une mauvaise fréquentation.

Ainsi, les amis de Louis Marette, dits de la petite reine, n’avaient pas oublié qu’ils l’avaient connue enfant. Surtout Marette qui l’a connue mieux que les autres, comme on le sait. Mais ce qui s’appelle connaître !

D’ailleurs, on se demande si Dieu, ce n’était pas Marette lui-même, car à l’époque, les filles étaient traitées comme des chiennes.

Et comme les amis de Marette, dits de la petite reine, ont la nostalgie de cette époque lointaine, ils ont fait venir un vieux curé avec deux jeunes pour qu’on ne sache pas lequel de ces deux jeunes a sa préférence.

Et tout le monde a renoué.

On a même invité de sérieux parachutistes à porter l’idole à bout de bras. On se demande pourquoi des parachutistes, mais dans ces milieux-là, il paraît que ça se fait.

Et tout le monde s’attendait à voir Marette en tête du cortège.

Et bien non, il n’y était pas !

On s’est demandé pourquoi.

Et voici ce que MCM a pu savoir :

Marette voulait y aller. Et devant tout le monde, parce qu’il a toujours aimé se mettre devant. C’est à cause de son pédalier, pas au point. Par contre, il a une selle qui ne dit jamais non.

Sur ce, l’évêque, qui avait déjà eu fort à faire avec les chiens de Saint Hubert à cause de Jean-Luc Béroud qui les avait critiqués, cette fois s’est mis en colère avant qu’il n’arrive un pépin de la même taille. Marette, ingénieur-maison à voie unique, insista :

— Je veux être devant ! J’ai toujours été devant. J’aime qu’on me pousse. Vive la délation et le fayotage !

— Hé bé non ! a dit l’évêque.

— Et pourquoi ?

— Parce que sinon, MCM va nous critiquer et on se foutra encore de ma gueule à cause de toi, mon fils !

Marette, furieux, lui a montré son cul, mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’était point par impolitesse. C’était son dernier argument. Et bien malgré un avantage certain sur le reste de l’humanité, l’évêque a été intransigeant. Non c’est non !

Mais Marette ne voulait pas qu’on renouât avec le passé sans lui. On comprend pourquoi quand on sait comment était ce passé et ce qu’il avait fait à la petite reine en question.

Après avoir bu un bon coup, il a carrément pris la place de la vierge enfant sur le brancard. Et les parachutistes ne se sont aperçus de rien. Ni personne d’ailleurs.

Et ils ont trimbalé Marette dans tout Mazères et jusque dans l’église où sa demande a surpris tout le monde, car on le prenait pour la vierge enfant :

— Qu’on me mette un cierge dans le cul ! exigea cette enfant.

— Mais enfin, dit le vieux curé, à ton âge !

— Comme je sais maintenant ce qui va m’arriver, autant que je commence à m’entraîner avec un plug.

— Mais ceci n’est pas une œuvre de McCarthy !

— Je m’en fous des Américains ! Mets-le moi dans le cul et ferme ta gueule sinon je parle !

Et le vieux curé, avec l’aide de ses deux jeunes, a mis le cierge dans le cul de la vierge encore toute petite, tellement petite qu’on ne s’est pas aperçu que c’était Marette.

Heureusement, MCM était là !

Maintenant on sait tout sur cette triste histoire du passé. « Mais comme il y a prescription, nous a dit la présidente du TGI de Foix, vous pouvez déconner tant que vous voulez sur ce sujet. C’est la Loi ! »

Alors on déconne. Mais tristement, parce que se faire enculer par Dieu, même à Mazères et à une époque reculée, ce ne doit pas être facile à oublier. On compatit, comme le prouve cette chanson :

Dans la nuit le feu allumé
Ventre de bouc !
Avec les filles du village
Hibou la lune !
Et toute nue longtemps dansé
Ventre de bouc !
Autour du feu longtemps baisé
Hibou la lune !
Et le diable m’a prise au cul
Ventre de bouc !
Cent fois c’te nuit m’a enculée
Hibou la lune !
Longtemps après j’ai accouché
Ventre de bouc !
Par le cul donné un enfant
Hibou la lune !
L’enfant ai m’né dans la forêt
Ventre de bouc !
Abandonné l’enfant aux loups
Hibou la lune !
Mais les loups ne l’ont pas mangé
Ventre de bouc !
On ne mange pas le fils du diable
Hibou la lune !
Les bonnes sœurs l’ont recueilli
Ventre de bouc !
Et l’enfant a grandi chez Dieu
Hibou la lune !
L’enfant est devenu curé
Ventre de bouc !
Au village la messe a donné
Hibou la lune !
Après la messe joli curé
Ventre de bouc !
Viens baiser le cul de ta mère
Hibou la lune !
Après la messe joli curé
Viens baiser le cul de ta mère
Ventre de bouc !
Hibou la lune !

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s