Jeanne Desaint fleurit les hémorroïdes de Louis Marette

 

jeanne_desaint

« Cette fois, Louis Marette et Jeanne Desaint ont dénoncé les faits d’incivilité et le non-respect des espaces de propreté, […] précisant que des mesures avaient été prises pour remédier à ce problème. »

Diable !

Ça va chier dans les rues de Mazères.

Mais la « commission ad hoc » n’en a pas moins mené à bien sa grande mission anticrise : « Fleurir Mazères ».

Comme le montre l’excellente photo de la Dépêche du Midi, la jeunesse avait autre chose à faire. Il est vrai qu’à elle seule, elle constitue le seul véritable fleurissement de Mazères.

Des gamelles et des bidons, chantait le troufion. À Mazères, le refrain s’organise plutôt autour des médailles. Sportives, militaires, administratives et même civiles. C’est le cul qu’on fleuri, et encore… au pot !

A force de planter des médailles, les espaces publics de Mazères vont ressembler à des boîtes de chocolats… ou à des bourdalous.

Les jeunes dans un complexe sportif, les vieux qui ne servent à rien dans un asile (et même deux) et les retraités qui possèdent… chez eux, avec pleins de fleurs pour gagner le Concours National de Qui Perd Gagne.

Certes, Louis Marette n’est pas un exemple à suivre, surtout en matière de pot. On sait trop bien ce que contient son pot. Je veux dire : comment on fait pour en avoir, car le hasard n’y est bien sûr pour rien.

Mais Jeanne Desaint… ? Maîtresse de la Culture mazèrienne ? Euh… il faut être cultivé pour ça… et comme fleur, on a fait mieux à Mazères, ville bien connue pour la joliesse de ses filles. On dit même que l’une d’entre elles fut violée… mais il y a prescription… n’est-ce pas, Michou… ?

En voilà un beau couple… paritaire. Et parfaitement égal. Rien ne dépasse. Ni une tête surtout. Spectacle, hélas, de ce que la France est devenue à force de piston, de privilèges et de bouffissure travaillée dans le mensonge et les crasses historiques d’une idéologie à double tranchant.

En attendant on ne sait quel vacarme de l’Histoire, Jeanne Desaint fleurit Louis Marette pour occuper les esprits déjà convaincus et menacer de flétrissure ceux qui ne demandent qu’à l’être.

Qu’on se le dise ! Et qu’on décore ! Car tout le monde peut être décoré ou, comme le signalait judicieusement Jean Yanne « n’importe quel cul peut l’avoir ! »

 

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s