Le perroquet de Louis Marette (27)

 

CHAQUE SEMAINE

 

UN NOUVEAU FEUILLETON MUNICIPAL A SUIVRE SUR LE SITE DE PATRICK CINTAS :

 

Le perroquet de Louis Marette (27)

 

Un homme gisait plus loin dans l’allée. Un morceau de bois frémissait à ses côtés. Je reconnus un pied de table. Logiquement, Lecerf était à l’intérieur. Et non seulement il n’était pas chez lui, mais il en démolissait le mobilier. Et pour aggraver sa situation judiciaire, il venait d’agresser un propriétaire. Il n’était plus possible de le sauver, je m’enfuis.

Voilà comment je me suis retrouvé seul sans responsabilités.

J’étais en train de me préparer à une nouvelle existence quand le clairon a sonné. J’avais oublié le 11 novembre moi aussi. Je n’avais pas plus d’excuses que Marette. Lui au moins avait un perroquet à poursuivre. Nul doute que Dédé, une fois Bousquet dans l’autre monde, engagerait la population à chasser la vache pour la ramener dans son droit chemin qui était celui de l’abattoir et, sous forme hachée, des estomacs qu’il nourrissait déjà de ses arguments électoraux. Comme il n’était pas question que je me mettre au garde-à-vous avec une larme à l’œil et une étreinte anale, je me dirigeais vers la ville pour satisfaire ma curiosité.

Obsédé par les perroquets de Marette et les déjections préférées de Bousquet, entre autres particularités municipales, j’avais aussi oublié que mon plus grand plaisir, depuis l’enfance, consiste à satisfaire ma curiosité. Et j’avais tellement hâte de contempler le spectacle de cette cérémonie amputée de son Marette que je me mis à trotter avec ivresse.

Le soldat du monument, raide comme la justice qui l’avait envoyé ad patres sans autre procès, se laissait chatouiller le nez par les franges d’un drapeau accroché au linteau de cette tombe sinistre et même épouvantable. Un blason s’était mis en travers d’une couronne de fleurs plus multicolores les unes que les autres. Des confettis jonchaient le sol aux traces embrouillées. Mais pas un militaire, pas un fan ni un enfant, aucune trace familiale ni policière ni restes de nourritures festives… On avait déserté les lieux !

Immédiatement stressé par cette situation extraordinaire, je cherchai des traces de poudre, voire de sang. Mais on avait quitté l’endroit sans tragédie de ce genre. Si tragédie il y avait, elle était d’une nature inconnue de moi. J’en étais époustouflé. Même la boulangerie voisine tenait porte close.

Pourtant, le clairon reprit sa complainte d’automne. Je fis vivement le tour du monument. Un soldat se tenait debout, le clairon tourné vers le ciel, les joues gonflées. Il se donnait tellement à son refrain qu’il ne me voyait pas, alors que j’étais le seul témoin de la scène qu’il jouait. Mais pour qui jouait-il puisqu’il n’y avait personne d’autre que moi pour l’écouter ?

Je n’osais pas l’interrompre. Il faut dire que quand je hennis, je suis souvent mal compris. C’est que les gens qui se permettent d’écouter ce qui ne leur est pas destiné ne comprennent rien d’autre que ce qu’ils veulent entendre. Ils ne sont bouchés que dans un sens. C’est dans l’autre et dans l’autre seulement qu’on les autorise à voter. Avec le résultat qu’on connaît.

La situation ne pouvait pas durer. Chaque jour à sa fin. Et on approchait de midi. J’interrogeai le soldat, aussi subitement que clairement, par un hennissement qui aurait réveillé toute la ville si j’avais su pourquoi elle avait déserté.

Le clairon fit un couac. Sa bouche quitta l’embout humide et chaud. Il passa la langue sur ses lèvres encore vibrantes comme s’il se préparait à me demander des explications. Mais je pris la parole en ces termes :

« Y a-t-il, jeune homme, quelque chose de sensé pour expliquer cette situation hors du commun ? Je vous préviens que je ne tolérerai pas les arguties en vigueur en temps de paix relative. »

Le soldat, tout jeune en effet, parut terrorisé par mes propos. Ou bien ne me comprenait-il pas lui non plus et il cherchait de l’aide en actionnant le bouton d’urgence d’une application mise gratuitement à la disposition du citoyen préalablement entraîné par l’éducation nationale à se comporter civilement en cas de complication sécuritaire.

« Mais je ne suis qu’un enfant, monsieur, bafouilla-t-il. J’ai trouvé le clairon par terre. Comme je sais en jouer et que ça ne gêne personne que vous…

— Où sont-ils passés, nom de Dieu ! »

Je ne sais toujours pas pourquoi, dans les situations difficiles ou extraordinaires, il m’arrive d’invoquer ce concept indigne d’une philosophie qui rejette aussi bien le scepticisme que la conviction. Mais le moment était mal choisi pour répondre à cette question aussi épineuse que la couronne qui l’inspire.

« Ils sont venus, déclara l’enfant en essuyant le clairon avec un pan de sa chemise. Et puis ils sont partis. Ils font toujours comme ça, non… ?

— Mais Marette n’y était pas ! Qu’ils viennent sans lui, ça peut se comprendre. Mais repartir sans lui ! On n’a jamais vu ça.

— Mais ce n’est pas là non plus que vous les trouverez, dit l’enfant qui anticipait.

— Et le perroquet, tu l’as vu, le perroquet ?

— Il est retourné chez vous, monsieur Roger. C’est là-bas qu’ils sont allés. »

Publicités


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s